Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Cultures > Maraîchage

Témoignage Thierry Percheron

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Thierry PERCHERON (Trébons)

2,5 ha de légumes de plein champs, 2000m² sous abris (salades, navets, choux, oignons de Trébons), en conventionnel. Vente aux détaillants et dans certains Intermarchés.

Des méthodes alternatives utilisées en conventionnel pour réduire les traitements phytosanitaires sur légumes

« La noctuelle est un papillon nocturne dont la chenille provoque des dégâts importants sur salades et choux : elle en grignote les feuilles, et sur les choux elle mange également la pomme et y laisse des excréments qui dégradent la qualité du légume.

L’installation des pièges à phéromone est réalisée en avril/mai pour les salades et fin juillet/début août pour les choux au moment de la plantation, à raison d’un piège par parcelle. Les capsules de phéromones vont attirer les papillons mâles qui vont se coller dans la plaque engluée du piège.

Le suivi des pièges permet de détecter la présence des adultes. A partir d’un certain nombre de papillons piégés, cela signifie que le pic de vol est atteint et que dans quelques jours les premières chenilles seront présentes sur les légumes. Il est alors temps de surveiller de près les plantations pour déterminer si un traitement est nécessaire ou pas avant que les dégâts apparaissent. Le suivi des pièges se fait jusqu’en octobre/novembre selon les années.

Les pièges noctuelles me mettent en alerte s’il y a un problème particulier, présence ou pas de papillons. Je trouve cela très bien car ils me renseignent pour mes parcelles mais servent aussi d’alerte sur d’autres parcelles des collègues.

En 2017 je n’ai pas eu de soucis particuliers. Ces pièges, plus le contact avec le technicien me permettent de diminuer mes interventions insecticides. Avant, je traitais en préventif systématiquement. Avec le suivi des pièges je traite en curatif uniquement si le nombre de chenilles observées présente un risque pour ma production. Pour l’instant j’utilise un insecticide classique pour écouler les produits restants mais ensuite je passerai au traitement par Bacillus Thuringiensis classé dans les produits de biocontrôle.

Pour la gestion des mauvaises herbes, j’utilise des engrais vert, notamment un mélange de vesce et d’avoine pour le plein champ entre Octobre et Avril. Cela limite l’érosion du sol et évite de travailler mécaniquement les terres pendant au moins 6 mois. Le sorgho fourrager quant à lui, occupe les serres pendant la période estivale »

Témoignages d'agriculteurs

Thierry PERCHERON (Trébons)
2,5 ha de légumes de plein champs, 2000m² sous abris (salades, navets, choux, oignons de Trébons), en conventionnel. Vente aux détaillants et dans certains Intermarchés.Lire la suite

Christian DUBOE et Aude COUSTY (Trébons)
4 ha de légumes de plein champs, 3000 m² sous abris, le tout en Agriculture Biologique. Vente en direct et au détail via une AMAP (70 paniers) et sur le marché de Bagnères de Bigorre. Lire la suite

Christian LANSAC (Momères)

4,5 ha de légumes de plein champs et 3000 m² de serres. Vente au détail sur les marchés.Lire la suite