Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'herbe se cultive...

L'herbe se cultive...

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le pâturage d'été et d'automne

Si la principale préoccupation du pâturage au printemps est de valoriser toute l’herbe produite, l’enjeu des autres périodes de pâture est de gérer des repousses plus faibles sans compromettre le potentiel de production ultérieure…

Les règles à respecter

Les bases du pâturage tournant sont les mêmes, quelle que soit la période de l’année :

• les animaux doivent rester moins de 6 jours sur une parcelle,
• il faut respecter un temps de repos de la parcelle avant le retour des animaux.

Si les temps de séjour restent inchangés toute l’année, les temps de retour doivent être allongés quand les conditions deviennent moins poussantes en été, voire en automne. En général, cet allongement est permis grâce à l’introduction des prairies initialement fauchées.

Le temps de repos des prairies est définie par la hauteur d’herbe. Temps de repos : entre 21 et 25
jours au printemps, à allonger l’été en fonction des conditions climatiques.

Dans tous les cas, les animaux ne doivent pas pâturer en, dessous de 5cm.

Quand l’herbe vient à manquer

Si l’herbe ne pousse plus, prévoir une parcelle « sacrifiée » pour l’affouragement des animaux, ou leur retour en bâtiment. Il est contre productif de faire tourner rapidement des animaux ou d’agrandir les parcs quand plus rien ne pousse. De telles pratiques pénalisent les pousses suivantes voire la pérennité des prairies.

Pâturage en conditions humides : Attention au piétinement

4 alternatives possibles :

• mettre les animaux sur une parcelle « sacrifiée »,
• alléger le plus possible le chargement instantané,
• augmenter les surfaces de pacage offerte aux animaux,
• privilégier le pacage d’animaux légers (petits ruminants, génisses).

Fin de saison de pâturage

Les précautions à prendre avant le repos hivernal
Le « nettoyage » des prairies avant l’hiver participe à la qualité de l’herbe de la campagne suivante.

Le dernier passage des animaux sur une parcelle doit être assez « ras » (5 cm) pour niveler la végétation en prévision du redémarrage au printemps et pour favoriser les légumineuses. Des
animaux à faibles besoins, gestantes, génisses âgées, béliers à l’entretien, peuvent faire office de « troupeau nettoyeur »

Le passage des animaux peut être remplacé par un broyage.

C’est également le moment idéal pour passer l’ébouseuse ou un outil équivalent. Cet entretien permet de bien étaler les déjections animales et de faire profiter l’ensemble de la prairie d’un apport non négligeable d’azote. De plus, cette petite fertilisation en fin d’automne favorise le tallage des graminées. Le passage de l’ébouseuse permet d’éviter la formation de touffes d’herbe dès la mise à l’herbe, délaissées ensuite pendant toute la saison de pâturage.

Les points de vigilance :

• éviter absolument le surpâturage en périodes peu poussantes
• les refus et l’herbe non consommée en fin de campagne sont préjudiciables à une pousse de qualité au printemps suivant